en construction

 

La Dreamcast (????????, Dreamcast en japonais) littéralement "machine à rêves" connue pendant son développement sous les noms "Blackbelt," "Dural," et "Katana" est une console de jeux vidéo développée par Sega entre novembre 1998 et mars 2001.

 

Elle est la première console livrée en standard avec un modem ce qui permettait de se connecter à Internet et ainsi de consulter des pages web et lire des courriels.

 

Le logo de la Dreamcast est une spirale de couleur orange sur le marché américain et asiatique, ou bleue sur le marché européen.

 

Sommaire
1 Historique
1.1 La genèse
1.2 La fin
1.3 La renaissance
1.4 Recommercialisation en 2009
2 Internet
3 Spécifications
4 Notes et références
5 Voir aussi
5.1 Liens internes
5.2 Liens externes
 

 


 Historique [modifier]

 
Historique

Dès 1996, Sega déclare travailler sur un nouveau projet de console, connu alors sous le nom de Dural (empreinté à l'un des personnages de Virtua Fighter). Microsoft est choisi pour fournir le système d'exploitation et Nec pour le processeur graphique. Deux nouveaux projets dérivés de Dural voient le jour : Blackbelt et Katana. Le premier est un projet japonais. En juillet 1997, Sega annule Blackbelt, et Katana devient l'unique projet.

 

En 1998, la Dreamcast arrive. Après une série d'essais et de prototypes, le processeur graphique retenu sera le Power VR II de Nec. Le 17 novembre 1998, la Dreamcast sort au Japon, puis le 9 septembre 1999, aux États-Unis et enfin le 14 octobre 1999 en Europe. Cette console puissante fait figure de « bombe » face à la PlayStation de Sony et à la Nintendo 64. Sony multiplie les publicités télévisées tandis que Sega la considère comme secondaire. Finalement, en mars 2001, la production de la Dreamcast est définitivement stoppée et Sega annonce par la même occasion l'abandon de la conception de consoles pour se consacrer uniquement aux jeux, suite a la mort de son patron.

 


 La console [modifier]
La console est dérivée d'une borne d'arcade Naomi de Sega. Le format utilisé pour les jeux est le GD-Rom fabriqué par Yamaha. Il s'agit d'un hybride entre le CD et le DVD d'une capacité de 1,2 Go, qui ne peut pas être lu par un PC. La Dreamcast lit les GD-ROM en 32X, d'où des temps de chargement relativement courts. Divers accessoires sont disponibles : carte mémoire, volant, maracas, tapis de danse, pistolet, kit vibration, stick arcade, canne à pêche, etc.

 

La Dreamcast possède deux systèmes d'exploitation : Sega OS et Windows CE. Le premier, présent dans la console, est plus difficile à utiliser pour les programmeurs mais permet d'utiliser les capacités maximales du matériel. Le deuxième est quant à lui chargé directement depuis le GD-ROM par les jeux qui en ont besoin. Le fait que la console reconnaisse Windows CE permet d'adapter assez rapidement des jeux pour PC sur la Dreamcast. Grâce à windows CE, les émulateurs ont pu se développer rapidement : il est ainsi possible de jouer à la Megadrive ou à la Master System ou encore à la Super Nes sur la Dreamcast de 128 bits.

 

Alors que plus aucun jeu ne devait être édité pour ce modèle, deux titres sont sortis récemment au Japon : Radirgy le 16 février 2006 et Under Defeat le 23 mars 2006. Ils ont connu un succès impressionnant[réf. nécessaire] pour une console qui n'est plus produite depuis 6 ans. La console a même été redistribuée pour l'occasion sous forme de « packs » contenant un modèle d'occasion remis à neuf et un des deux jeux. Parallèlement, la Dreamcast compte sur une communauté de joueurs et de fans qui font perdurer cette machine et tentent de pousser certains éditeurs (notamment japonais) à sortir encore de nouveaux jeux.

 La genèse [modifier]
 
Le VMU de la DreamcastLes kits de développement Dreamcast sont livrés aux développeurs dès fin 1996.

 

La Dreamcast sort le 27 novembre 1998 au Japon au prix de 29.800 yens, le 9 septembre 1999 aux États-Unis et au Canada et le 14 octobre 1999 en Europe. Son prix de lancement en France est de 1790 francs soit environ 270 €.

 

L'objectif de Sega à l'époque était de proposer le premier système 128 bits de nouvelle génération afin de succéder à la Saturn tout en arrivant en magasin avant la PlayStation 2 de Sony (qui sortira le 4 mars 2000 au Japon). La Dreamcast innovait avec les gachettes analogiques, un lecteur de GD-Rom six fois plus rapide que le lecteur CD-ROM de la PlayStation 1, ainsi qu'une unité secondaire appelée VMU (Visual Memory Unit) logeable dans la manette et qui servait à la fois de carte mémoire et de mini console de jeux grâce à son écran LCD.

 


 La fin [modifier]
Dotée d'une ludothèque relativement peu fournie mais de qualité, elle n'a pas rencontré le succès escompté.

 

L'atout majeur de la Dreamcast selon Sega résidait dans le fait de pouvoir proposer des jeux jouables en ligne. Cet argument a été utilisé par Sega dans sa campagne marketing de lancement pour damer le pion à la PlayStation 2, sa principale rivale, qui devait sortir presque 1 an plus tard.

 

Cette stratégie n'a pas fonctionné car trop peu de jeux implémentaient le jeu en ligne. De plus, le public attendait la sortie de la PS2 en mars/octobre 2000, réputée plus puissante.

 

Le 24 juin 1999, la console passe de 29.800 yens à 19.900 yens au Japon.

 

Le 31 janvier 2001, Sega annonce l'arrêt de la production pour mars 2001. Quelques unités ont été produites ultérieurement, mais avec l'impossibilité de lire les CD audio, afin de contrer la copie illicite de jeux vidéo (voir plus bas).

 

Après l'arrêt de la fabrication, Sega décida de se retirer du marché du matériel grand public. La Dreamcast est la dernière console de jeux vidéo de Sega.

 


 La renaissance [modifier]
Depuis les années 2000, la Dreamcast est une plate-forme dynamique de la programmation underground et beaucoup de jeux ou programmes « faits maison » font leur apparition.

 


 Recommercialisation en 2009 [modifier]
L'entreprise américaine ThinkGeek a annoncé avoir recommercialisé la console de façon limitée aux USA. Au vu de l'engouement de la communauté de joueurs face à ce support -et surtout des excellents jeux estampillés- le marché de l'occasion bat à son plein. Seulement, la Dreamcast rencontre quelques lacunes en terme de longévité, notamment par sa lentille fragile et ses problèmes de surchauffe.

 

À noter que la console est en version NTSC-US. En conséquence, un disque de boot sera requis pour lire les jeux import. Commercialisée à 99,00 $, l'offre limitée est momentanément vidée de son stock. Étant donné que Sega ne fournit plus de support pour cette console, la garantie n'est que de 30 jours via le site du revendeur.

 


--------------------------------------------------------------------------------

 


Des développeurs indépendants ont créé des émulateurs et lecteurs de médias (MPEG, DivX, MP3, JPEG).

 

Les raisons de cette reconversion particulière de la Dreamcast sont les suivantes :

 

C'est une console où il est relativement facile de développer des applications (elle est en partie compatible avec Windows CE, et une plate-forme de développement : KallistiOS a été créée par Dan Potter). Ceci est un choix technique de Sega, suite à l'échec de la Saturn qui était parait-il une console complexe à programmer pour les éditeurs de jeux.
C'est une console où la copie de jeux vidéo est aisée. En effet, pour empêcher la copie de jeux, Sega a fait développer un nouveau support pour les jeux : le GD-ROM (voir plus haut ; une de ses principales caractéristiques est la gravure des données dans une densité élevé et une deuxième TOC commençant après la section de type CD du GD-rom). Sega se croyait à l'abri des copies avec ce format propriétaire, mais c'était sans compter sur la « sagacité » des pirates informatiques qui ont réussi à copier et créer des images ISO des jeux et à les graver sur un CD traditionnel (la Dreamcast lit aussi les CD).
La naissance d'une communauté d'amoureux et de passionnés qui ne voulaient pas voir la Dreamcast mourir comme la Saturn.

 

 Internet [modifier]
La Dreamcast est la première console de jeu (hormis la confidentielle Apple pippin) qui permettait l'accès à Internet, via un modem enfiché sur son côté droit (modem 56k pour la console américaine et 33.6k ailleurs). De plus elle possédait jusqu'en 2003 son propre portail d'accès à Internet : la Dream arena. La plupart des jeux Dreamcast possédaient une page web dédiée directement accessible depuis le jeu sur ce portail. Depuis 2003, la grande majorité des services "on-line" ont été supprimés mais quelques-uns subsistent (Phantasy Star Online, Quake 3, Sakura Taisen Online, Starlancer…), ou parce qu'ils ont un nombre de joueurs relativement important, ou parce qu'ils sont sortis tardivement ou encore parce que leurs serveurs sont partagés avec ceux d'autres jeux PC.

 


 Spécifications [modifier]
CPU : Hitachi SH-4 de type RISC, contenant une unité de calcul vectoriel 128 bits (fréquence des opérations : 200 MHz 360 MIPS/1.4 GFLOPS)
Moteur graphique : PowerVR2 DC (capable de tracer plus de 3 millions de polygones par seconde) conçu par NEC/VideoLogic
Mémoire : Principale 16 Mo, Vidéo 8 Mo, Sonore 2 Mo, AGP 4x.
Carte son : Processeur sonore 'Super Intelligent' de Yamaha, contenant un processeur ARM7 32 bits cadencée à 45 MHz (64 canaux stéréo PCM/ADPCM)
GD-ROM Drive : Vitesse maximum 12x (lorsqu'il tourne a une vitesse angulaire constante mode-CAV). Le GD-ROM est un type de média d'une capacité de environ 1 Go (soit 112 minutes) spécialement développé par Yamaha.
Modem : Modem 56 kbit/s de série sur la console (la vitesse était de 33 kbit/s pour la version européenne) ; possibilité de remplacer le modem d'origine pour le Broadband Adapter (modem haut-débit). Ce modem est sorti, mais son prix reste élevé (environ 100€).
Couleurs : Approximativement 16,77 millions de couleurs simultanément
À noter que les bornes d'arcade Naomi utilisent le même hardware que la Dreamcast (mais avec plus de mémoire).

 

 




Créé avec Créer un site
Créer un site