ABCDEFGHILMPQRSTW

House of the Dead : Overkill, The, Nintendo Wii, Jeux Vidéo


THE HOUSE OF THE DEAD : OVERKILL

 

 

EDITEUR :                                                  Sega

DEVELOPPEUR :                                          Headstrong Games

GENRE :                                                      Jeu de Tir/Horreur

DATE DE SORTIE :                                    20 Février 2009

JOUEURS :                                                 01 à 04

AGE CONSEILLE :                                      +18ans


On pouvait craindre un shooter médiocre camouflé sous un habillage et une campagne de publicité habiles, mais The House of The Dead : Overkill est tout simplement un bon jeu de tir sur rails, dont l'ambiance, l'humour et la bande-son flatteront n'importe quelle âme un tant soit peu sensible au genre. Généreux dans son contenu et sa replay value, le titre se distingue vraiment des épisodes connus jusqu'ici, sans pour autant renier son héritage. Même miné par un frame rate pour le moins inconstant, une réalisation inégale et un dosage de la difficulté inadapté lors des parties à deux, il propose cependant un gameplay et un univers suffisamment solides pour trôner sur le podium des meilleurs jeux de sa catégorie sur Wii.

 

 

SYPNOSIS ET DESCRIPTF DU JEU

Pour ceux qui ne connaissent pas le principe de The House of the Dead, rappelons qu'il s'agit d'un shooter hystérique à la première personne dans lequel les joueurs se déplacent selon des trajectoires prédéfinies. Contrairement à The House of the Dead 2 & 3 sortis sur Wii l'an passé cependant, Overkill n'est pas l'adaptation d'un titre arcade mais bien un jeu spécifiquement conçu pour la blanche console de Nintendo. Pour autant, ne vous attendez pas à ce que le ton si particulier de la série soit passé à la trappe, bien au contraire. Non seulement Overkill se pose en digne héritier des shooters à l'ancienne qui ont illuminé notre jeunesse mais il pousse également le gore, le kitsch et la vulgarité de la célèbre franchise à leur paroxysme. Torrents d'hémoglobine, abominations en tous genre, dialogues orduriers, il n'y a pas lieu de s'étonner que le soft soit déconseillé aux moins de 18 ans. Une classification extrêmement rare sur une Wii plus habituées à mettre en scène de gentils Pokémon que des cadavres mutilés...

 

UNE LONGUE HISTOIRE...

Que l'on se rassure néanmoins, Overkill ne se prend jamais au sérieux. Grain d'image de mauvaise qualité, design démodé, bande-son kitsch, dès l'écran d'accueil on comprend d'emblée qu'on a bien plus affaire à une parodie de série B qu'à un titre résolument violent. Tout évoque ici les films d'horreur des années 60 ou les fameux magazines Pulp dont Tarantino s'est parfois inspiré. Les noms des sept chapitres du mode Histoire ("Papa's House of Pain", "Scream Train") en disent long également sur l'autodérision et l'humour noir que l'on va retrouver tout au long du jeu. Chronologiquement située avant le tout premier épisode de la série, l'aventure commence aux côtés du flic Isaac Washington et d'une nouvelle recrue appelée à devenir célèbre par la suite : l'agent spécial G. Qui est G ? D'où vient-il ? Que signifie son nom ? Autant de questions qui tiendront en haleine les fans et interpelleront les néophytes. Mais pour l'heure, il s'agit d'enquêter sur un certain Papa Caesar et sur l'épidémie de mutation qui a plongé Bayou City dans le chaos. Après une courte introduction ultra kitsch truffée de clichés et de répliques pleines d'humour (quoique très grossières), la caméra passe donc en vue subjective pour nous laisser explorer le manoir du savant fou. Et comme tout manoir qui se respecte, ce dernier est infesté de zomb... heu, pardon, de mutants.

 

GAMEPLAY

Zombies ou mutants, on s'en fiche, la seule chose qui importe de toute façon, c'est de leur éclater la tête. Au sens propre, bien entendu. Pour ce faire, il n'y a pas 36 solutions, on vise avec la Wiimote et d'une pression sur B, on leur tire de gros pruneaux dans la cafetière. On peut aussi viser les bras pour les neutraliser ou dans les jambes afin de les condamner à ramper piteusement à nos pieds. La localisation des dommages est très bien gérée et les effets visuels sont absolument déments. Les têtes explosent, les membres éclatent, les victimes s'effondrent dans des mares de sang... C'est gore, grand-guignolesque et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça défoule sérieusement après une dure journée de travail à l'école ou au bureau. Quand on sait de plus que les munitions sont infinies (il suffit de secouer la Wiimote pour remplir son chargeur), on imagine aisément que la moindre partie tourne systématiquement à la boucherie, surtout en jouant à deux.

 

ET C'EST PAS TOUT...

Scriptés, souvent ponctués de remarques drôles ou de jurons, les déplacements s'effectuent automatiquement pour nous laisser nous concentrer sur le tir. On notera que le framerate est parfois à la ramasse mais, point positif, il est désormais possible de tourner un peu la tête pour atteindre des ennemis cachés ou récupérer des objets situés en dehors de notre champ de vision. Très utiles, ces objets éparpillés un peu partout dans les niveaux, nous permettent de regagner de la vie, de gagner plus de points ou encore, et c'est nouveau, de ralentir la course du temps pour viser plus confortablement. Une fonction bien utile pour réaliser des headshots et enchaîner des combos qui font grimper le score. Au chapitre des nouveautés, on peut aussi noter que la Wiimote est mise à profit pour se débarrasser en dernier recours de certains adversaires un peu trop collants par exemple mais le nec plus ultra, c'est que le joueur a maintenant la possibilité de gérer son propre arsenal d'armes à feu

 

OPTIMISATION DES COMPETENCES

Dans Overkill en effet, nos performances et notre score final déterminent la quantité d'argent que l'on reçoit en fin de mission. Avec ces revenus, on peut non seulement améliorer notre pistolet de base (chargeur, recul, dégâts, etc...) mais aussi et surtout se procurer de nouvelles armes telles qu'un fusil à pompe ou une mitrailleuse. Il suffit alors d'appuyer sur 1 ou 2 pendant une partie pour alterner entre les deux armes que l'on peut emporter avec soi. Certes, il est possible de terminer les sept niveaux avec notre seul magnum mais les armes alternatives sont tellement fun qu'on aurait tort de faire l'impasse dessus. En plus, il est toujours plaisant de refaire certains niveaux pour gagner plus d'argent, découvrir des objets cachés ou débloquer plus de bonus (artworks, musiques, etc). Cela permet en outre de rallonger la durée de vie plutôt limitée du mode Histoire. En effet, les sept niveaux se plient en quelques heures et les boss, bien que terrifiants, ne sont guère coriaces. Quand on joue à deux, ça va encore plus vite. Heureusement, on peut débloquer un mode Version Intégrale plus complet et plus difficile pour prolonger l'expérience. Les développeurs ont même poussé le zêle jusqu'à inclure un troisième mode de jeu caché ainsi que quelques mini-jeux (simplistes, certes...) pour être sûr que l'on ne se lasse pas. Que demander de plus ? Addictif et fun, The House of the Dead : Overkill est un formidable défouloir pour adultes et ados avertis. Un point c'est tout.

 

LIENS

Site officiel du jeu

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires sur cette fiche :

Aucun commentaire pour le moment
Page
Laissez un commentaire sur cette fiche :
Nom ou pseudo :
Notez cette fiche : /10
Commentaire :
Recopiez le caractère suivant dans le champ :
  (Obligatoire)

Les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions d'utilisation du service. Vous pouvez être identifié(e) par votre adresse internet si quelqu'un porte plainte.
Créé avec Créer un site
Créer un site